Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 avril 2009 4 23 /04 /avril /2009 11:50





« ...ces existences portées jusqu'à l'extrême public, ces patientes appropriations d'un coin de rue, d'un trottoir, et ces vies dissolues dans le mouvement et le passage. » Philippe Vasset Un livre blanc

 

 

 

 

 

RELÉGUÉE

 

huile sur toile

195x130cm

2009

 

 

 

RELÉGUÉE : fragment de réel qui fait irruption.

 

 

 

 

Utiliser la combinaison, le tissage de cette rencontre visuelle dans une galerie marchande, la lecture de Un livre blanc de Philippe Vasset, l'implication  sur ce terrain de l'installation de Barthélémy Toguo Climbing down et la lecture de Triste Pontiques d'Ovide (traduction de Marie Darrieussecq).

 

Toujours travailler sur ces frottements, avec ces frictions.

 

« ...va tout simple

sans ornements savants

comme il sied aux exilés

 

un habit de tous les jours

les déshérités ne portent pas de pourpre... » Ovide

 

L'espace de la toile reprend ces espaces blancs, ces espaces de relégation.

« ..les  blancs de la carte masquaient, c'était clair, non pas l'étrange, mais le honteux, l'inacceptable, l'à peine croyable..» Philippe Vasset

 

 Le corps est laissé sans ombre portée, comme sans matérialité. Le siège lui aussi disparaît, ne reste qu'à l'état de trace, d'ébauche. Corps et sac sont dans une lévitation de non appropriation, de non reconnaissance. Le corps est là  mais sa présence n'est pas prise en compte dans l'espace social, il est en marge.

 

« Le dénuement d'ordinaire relégué à la périphérie ou aux profondeurs de la ville affleurait à la surface et s'affichait en pleine lumière. » Philippe Vasset

 

 

 

PETITE RELÉGUÉE

huile sur toile

24x16cm

2009

Collection Particulière

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Agnès Mariller
  • : "Blog d'atelier" La recherche, le travail dans leur élaboration.
  • Contact

Recherche