Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 décembre 2009 5 04 /12 /décembre /2009 07:13


«...il arriva que la jeune Princesse courant dans le Château, et montant de chambre en chambre, alla jusqu’au haut du donjon dans un petit galetas, où une bonne Vieille était à filer sa quenouille.» La Belle au Bois Dormant Perrault

Dans ce conte, dans ces «contes de nourrices» passés par la réécriture de Perrault, l’héroïne fait toujours preuve d’étourderie (la Belle au Bois Dormant), de curiosité (la Barbe Bleue)  en un mot d’inconséquence heureusement qu’arrivent le frère et le prince charmant ! : «Mais le sexe avec tant d’ardeur, Aspire à la fois conjugale...» et « La curiosité...C’est, n’en déplaise au sexe, un plaisir bien léger...» Alors je me permets d’en faire une lecture toute autre, anachronique peut être, prenant ces héroïnes comme cherchant une connaissance cachée, interdite aux femmes.




SANS TITRE
huile sur toile 97x97cm
2009


Après le pathos des DÉGOUTTANTES renouer avec le grotesque en tirant une liaison entre la vieillesse dépassée, interdite de la quenouille et celles des  bigoudis: auto-dérision. Auto-dérision revendicatrice de l'enroulement de la connaissance, des rouleaux de textes portés sur la tête!



La course, le donjon, la quenouille : des spirales.
Le galetas, la bonne Vieille : le retrait du monde, une sagesse de vie.
Une image s’impose celle du Philosophe de Rembrandt.
Je suis donc partie de cette idée d’enroulement visuellement décrit dans le conte par la course dans le donjon, l’image du filage comme un enroulement de la connaissance. Les vieux sont des philosophes, les vieilles, des fées voire des sorcières. Leurs connaissances sont des remèdes de bonne femme (expression dénigrante, alors qu’étymologiquement ce remède était de bonne fame c’est-à-dire de bonne réputation !).
La quenouille, l’enroulement/déroulement sont connaissances, explications non d’un savoir-faire mais intellectuelles qui sont interdites à l’héroïne.

«Anelissein est composé de helissein, «faire tourner, enrouler»...et du préverbe ana-, «en arrière». «Enrouler à rebours», c’est dérouler, et ce verbe s’applique aussi au déroulement d’un rouleau manuscrit. Par extension, il signifie «lire» et «expliquer».»
«Apprentissage de la langue, immersion dans le patrimoine culturel, tout cela est l’oeuvre des femmes...Car, ces histoires fondatrices de l’imaginaire collectif, les femmes le transmettent tout en travaillant la laine.» Fançoise Frontisi-Ducroux Ouvrages de Dames Ariane, Hélène, Pénélope...





SANS TITRE
huile sur toile 81x100cm
2009





Peindre en grand format, quand la représentation est au-delà de l’échelle un, c’est entrer dans la toile, la traverser par le corps. Le peindre, alors avec ses strates multiples rejoint les «brouillards» de l’être, l’âge, la peau mâchurée.
Pas de lisse, du rugueux.
La couleur, les couleurs s’étendent du jus à la matière.
La toile apparaît dans sa réserve même ; ce travail utilise aussi la technique de l’aquarelle.




Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Agnès Mariller
  • : "Blog d'atelier" La recherche, le travail dans leur élaboration.
  • Contact

Recherche