Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 juillet 2012 4 12 /07 /juillet /2012 15:01

 

L’UN SEUL, une peau sur laquelle affleure le chaos intime.
Un tissu de mots.
Montage de mots glanés. Association de l’empreinte du corps sur le drap et de l’empreinte de l’être dans les mots.

 

Les textes et poèmes sont de Pierre Bergounioux in Carnet de notes 2011-2010 et d'Emily Dickinson traduits par Claire Malroux in Chambre avec vue sur l'éternité de Claire Malroux.

 

L'UN SEUL 0

 

L'UN SEUL


≈200cmx130cm

Broderie, étiquettes tissées,écriture à l'aide de tampons encreur sur drap.

2012

 

L'UN SEUL 0L'UN SEUL 0

 

 

« Ces choses qui tombent de nos écorchements, ces écorces d’images et de textes montés, phrases ensemble. »  Georges Didi-Huberman Écorces

Je garde en réserve des toiles, des draps surtout.
Ces toiles, qui une fois cousues, marquées par la broderie, ont été livrées aux corps qui les ont façonnées, travaillées, imprimées. Après quoi ces draps ont souvent été ravaudés, rapiécés pour contrecarrer l’usure.
Tissu porteur de tant d’empreintes, le drap est tellement fascinant par le travail incroyable exercé par les mains, le corps qu’il est impossible de laisser de telles empreintes à l’abandon, une telle force.
Bouts de draps, écorces de vies, écorces de corps.


De la même façon, lectrice, je glane les phrases, que je collecte dans des carnets. Textes qui font avancer mon travail.
Ici, j’ai mis en parallèle des poèmes d’Emily Dickinson et des phrases extraites du journal de Pierre Bergounioux Carnet de Notes 2001/2010.
Mots qui disent ce même désarroi, cette même in-quiétude, cette même in-tranquillité. Des histoires de solitude, de solitude commune, d’étroitesse, d’ombres ennemies.

Je glane les mots et les draps d’autrui. J’associe des solitudes. J’assemble des individualités, des solitudes exprimées par le texte ou par l’anonymat de l’usure : des vulnérabilités communes.
Le drap est une peau sur laquelle affleure l’intime comme ces textes choisis.
Travailler avec la résonance des textes lus.

« À proprement parler, dans l'écriture et dans la lecture il n'y a pas d'échange, pas de communication. Mais deux modalités de la solitude comme ouverture à autrui. »
Jean-Michel Maulpoix

Quand le tremblement de la résonance fait se fissurer le solitude,du lecteur.


Ces phrases, je les écris par un travail «opiniâtre et méticuleux», une impression par les mains, brodées par le menu.
En passant les mots au tamis, au sas : ressasser.
Une dilatation du temps, dans le corps du texte. Le répétitif du point «Bourdon» me correspond par cet entêtement du travail : Buzz.


La broderie est la part matériel du mot, un volume minimal sur la surface de vie.
Le rythme de la boucle, du fil unique et infini.
Le temps en ses dépôts.

Du temps d’écriture/du temps vécu/du temps de lecture, de broderie.

 

 

 

 

L'UN SEUL 1

 

L'UN SEUL détail

" Through the straight pass of suffering "   Emily Dickinson 
" Par le col étroit de la souffrance " Traduction de Claire Malroux

 

 

 

L'UN SEUL 1

 

L’envers qui permet la lecture d’une écriture différente, liée par le fil courant, ce lien ténu. L’envers révèle une fragilité supplémentaire.

 

 

L'UN SEUL 1L'UN SEUL 1

L'UN SEUL 1L'UN SEUL 1L'UN SEUL 1

 

«...mêmes carences, l’étroitesse, la tristesse des jours, l’insuffisance sentie de la vie...»
Pierre Bergounioux Carnet de notes 2001-2010 p. 9/10 

 

 

 

L'UN SEUL 1

 

 

 

L'UN SEUL 2

 

«Les ombres ennemies attendaient patiemment à mon chevet que j’ouvre les yeux.»

Pierre Bergounioux Carnet de notes 2001-2010 p.795

 

L'UN SEUL 2L'UN SEUL 2

 

L'UN SEUL

détail

Broderie (point Bourdon), tampon.

 

L'UN SEUL 2

 

L'UN SEUL

enversL'UN SEUL 2L'UN SEUL 2

 

Pour être hanté-nul besoin de Chambre -[...]
Le Cerveau a des Couloirs- pires
Qu’un lieu matériel-

Emily Dickinson traduction Claire Malroux

 

L'UN SEUL 2

 

L'UN SEUL

détail

 

L'UN SEUL 2L'UN SEUL 2

 

Envers avec broderie initiale du drap

 

 

L'UN SEUL 3

 

I tried to think a lonelier Thing
Than any I had seen-
Some Polar Expiation-

 

Emily Dickinson

 

 

J’essayais d’imaginer Solitude pire
Qu’aucune jamais vue-
Une Expiation Polaire-

 

Traduction de Claire Malroux

 

L'UN SEUL 3L'UN SEUL 3

 

Il faut lire Lonelier. L'erreur (réelle), un défaut comme cette pièce ravaudée.

 

L'UN SEUL 3L'UN SEUL 3L'UN SEUL 3

 

Après le poème brodé, la traduction est écrite avec un petit tampon, lettre à lettre.

 

L'UN SEUL 3

 

L'UN SEUL

détail

 

 

L'UN SEUL 4

 

deviner- avec [son] âme seule / Contre la vitre.

Emily Dickinson traduction Claire Malroux

 

 

L'UN SEUL 4

 

L'UN SEUL

Broderie sur drap avec jours et broderie initiale.

 

 

 

L'UN SEUL 5

 

With Blue- uncertain stumbling Buzz-

Emily Dickinson
un incertain, trébuchant- Bleu Bourdonnement-

Traduction de Claire Malroux

 

Pièce avec erreur, "blue" ayant été oublié.

L'UN SEUL 5

 

Envers

 

L'UN SEUL 5

 

Pièces intentionnellement assemblées de façon grossière.

 

L'UN SEUL 5L'UN SEUL 5

 

«Tout est dit depuis le commencement et quoi que l’on fasse, c’est en vain.»
Pierre Bergounioux Carnet de notes 2001-2010 p. 287

 

 

 

L'UN SEUL 5L'UN SEUL 5

 

Étiquettes  tissées.

 

 

 

L'UN SEUL 6

 

Une Fosse-mais le ciel au-dessus-
Le Ciel à côté, le Ciel à l’entour;
Et pourtant une fosse-

 

Emily Dickinson traduction Claire

 

 

L'UN SEUL 6

 

L'UN SEUL

détail

 


 

L'UN SEUL 6

 

«...inopinément, à disparaître sans bruit pour m’en aller crever, couché en chien de fusil, à l’écart, dans un fossé.»

Pierre Bergounioux Carnet de notes 2001-2010 p 589

 

 

L'UN SEUL 6L'UN SEUL 6L'UN SEUL 6L'UN SEUL 6

 

 

L'UN SEUL 6L'UN SEUL 6

 

Les mots de Dickinson scandent la surface du drap et font le parallèle avec les phrases de Bergounioux.

 

 

 

L'UN SEUL 7L'UN SEUL 7

 

Broderie au point Bourdon et texte imprimé à l'encre, lettre par lettre.

 

 

 

 

 

 

L'UN SEUL 7

 

Broderie retravaillée à la machine à coudre.

 

 

 

 

Je n’aime pas les poèmes de la nourriture, mais les poèmes de la faim.

Antonin Artaud

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

co 27/07/2012 09:43

"patience et longueur de temps ..."
je ne trouverai pas de mot assez juste pour dire comme j'aime ton travail ...

ANTONELLA 14/07/2012 12:21

T'es vraiment trop forte!! j'aime trop et en plus les textes sont super!

je t'embrasse trop!!!

Présentation

  • : Agnès Mariller
  • : "Blog d'atelier" La recherche, le travail dans leur élaboration.
  • Contact

Recherche