Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
30 novembre 2014 7 30 /11 /novembre /2014 08:06

 

 

EXTRÊME DESSUS

 

"L'EXTRÊME DESSUS DE LA VIANDE VRAIE"

Préparation

Fusain sur toile

100x81 cm

2014

 

 

EXTRÊME DESSUS

 

"L'EXTRÊME DESSUS DE LA VIANDE VRAIE"

Préparation

Fusain sur toile

90x90 cm

2014

 

 

EXTRÊME DESSUS

 

"L'EXTRÊME DESSUS DE LA VIANDE VRAIE"

Pointe feutre sur papier

24x32 cm

 

 

EXTRÊME DESSUS

 

"L'EXTRÊME DESSUS DE LA VIANDE VRAIE"

Pointe feutre sur papier

24x24 cm

 

 

EXTRÊME DESSUS

 

"L'EXTRÊME DESSUS DE LA VIANDE VRAIE"

Pointe feutre sur papier

24x24 cm

 

 

EXTRÊME DESSUS

 

"L'EXTRÊME DESSUS DE LA VIANDE VRAIE"

Pointe feutre sur papier

24x24 cm

 

 

EXTRÊME DESSUS

 

"L'EXTRÊME DESSUS DE LA VIANDE VRAIE"

Pointe feutre sur papier

24x24 cm

 

 

EXTRÊME DESSUS

 

"L'EXTRÊME DESSUS DE LA VIANDE VRAIE"

Pointe feutre sur carnets

 

 

 

EXTRÊME DESSUS

 

"L'EXTRÊME DESSUS DE LA VIANDE VRAIE"

Pointe feutre sur carnets

 

 

EXTRÊME DESSUS

 

"L'EXTRÊME DESSUS DE LA VIANDE VRAIE"

Pointe feutre sur carnets

 

 

EXTRÊME DESSUS

 

"L'EXTRÊME DESSUS DE LA VIANDE VRAIE"

Pointe feutre sur carnets

 

Partager cet article
Repost0
17 novembre 2014 1 17 /11 /novembre /2014 18:17

 

 

CARCASSE 1

 

CARCASSE 1

Aquarelle sur papier

57x77 cm

2014

 

 

Être poreuse.
Il y a peu, j’ai découvert le travail du chorégraphe Raimund Hoghe dans lequel il utilise son propre corps bossu, un «corps paysage».
Impressionnée, au propre comme au figuré, j’ai constaté l'émergence des images vues dans la nécessité de travailler le dos dans mes dessins. La nécessité est là, sa compréhension arrive a posteriori, avec un décalage, par le questionnement : d’où ça vient?
Le corps abimé, handicapé, mutilé fait partie de mon lignage et est présent, constamment, dans ma peinture. Le corps faible, débile est la base de mon travail, où j’y travaille mon corps engagé.

« Jeter son corps dans la bataille », a écrit Pier Paolo Pasolini. Ce sont ces mots qui m'ont inspiré à monter sur la scène. Mes autres sujets d'inspiration sont la réalité qui m'entoure, le temps dans lequel je vis, ma mémoire de l'histoire, les gens, les images, les sensations, la puissance et la beauté de la musique ainsi que la confrontation avec le corps - qui dans mon cas, ne répond aux idéaux conventionnels de beauté. Voir sur la scène des corps qui s'éloignent de la norme est important - non seulement du point de vue de l'histoire, mais aussi du point de vue de l'évolution actuelle qui tend à rabaisser le statut de l'homme à celui d'artefacts ou d'objets design. Et quant au succès : il importe avant tout d'être capable de travailler et de poursuivre son propre chemin - avec ou sans succès. Je fais simplement ce que j'ai à faire.   

Raimund Hoghe

 

Il y a une grande différence entre me présenter sur un plateau et aller à la piscine : je peux être nu sur scène, mais je reste très timide au quotidien. Je suis en revanche plus conscient de mon corps et je peux voir une sorte de beauté dans le "paysage" – une colline ou une sculpture – que représente mon dos. Mais je n'ai jamais mis en scène des spectacles sous le label "handicapé". Je n'ai pas besoin de pitié et je ne veux pas m'excuser d'être sur un plateau. Je m'entoure d'interprètes très beaux et il n'existe aucune séparation entre nous. Raimund Hoghe

 

CARCASSE 1

 

CARCASSE 1

Détail

 

 

CARCASSE 1

 

CARCASSE 1

Détail

 

 

CARCASSE 1

 

CARCASSE 1

Détail

 

 

 

CARCASSE 2

 

CARCASSE 2

Aquarelle sur papier

57x77 cm

2014

 

 

CARCASSE 2

 

CARCASSE 2

Détail

 

 

CARCASSE 2

 

CARCASSE 2

Détail

 

 

CARCASSE 2

 

CARCASSE 2

Détail

 

 

CARCASSE 2

 

CARCASSE 2

Détail

 

Partager cet article
Repost0
2 novembre 2014 7 02 /11 /novembre /2014 10:48

 

DISPERSION

 

DISPERSION

Huile sur toile

100x81 cm

2014

 

 

DISPERSION

 

DISPERSION

Détail

 

DISPERSION

 

DISPERSION

Détail

 

 

DISPERSION

 

DISPERSION

Détail

 

 

DISPERSION

 

DISPERSION

Détail

 

 

DISPERSION

 

DISPERSION

Détail

 

 

DISPERSION

 

DISPERSION

Détail

 

 

DISPERSION

 

DISPERSION

Détail

 

Partager cet article
Repost0
19 octobre 2014 7 19 /10 /octobre /2014 11:47

 

 

DISPERSION

 

DISPERSION

Dessin préparatoire

Fusaiin sur toile

100x81 cm

2014

 

 

DISPERSION

DISPERSION

DISPERSION

 

 

Dessins préparatoires

pointe feutre sur papier

Partager cet article
Repost0
5 octobre 2014 7 05 /10 /octobre /2014 11:56

 

 

SUTURE

 

AQUARELLE SUR PAPIER

77x57 cm

2014

 

 

SUTURE

 

Détail

Aquarelle sur papier

 

 

SUTURE

 

Détail

Aquarelle sur papier

 

 

SUTURE

 

Détail

Aquarelle sur papier

 

 

SUTURE

 

Détail

Aquarelle sur papier

 

 

SUTURE

 

Détail

Aquarelle sur papier

 

 

Partager cet article
Repost0
21 septembre 2014 7 21 /09 /septembre /2014 14:46

 

 

SUTURE

 

SUTURE

Huile sur toile 180x80 cm

2014


« De sujet que nous sommes, nous nous envisageons comme objet, ou comme autre. Telle est l’expérience que nous permet le miroir.» Françoise Frontisi-Ducroux Dans l’Oeil du Miroir


« Voir, c’est être vu : dans le miroir, je vois en étant vu. Je me regarde regarder. Mon oeil est sujet et objet du regard. Je constate l’ambivalence de l’opsis, qui, comme notre «vue», est à la fois vision et spectacle.» Françoise Frontisi-Ducroux Dans l’Oeil du Miroir



À travers le miroir, par les aller-retours des yeux et dans le prolongement la main, le dessin est déposé sur la toile.

Une fois l’image déposée, le miroir oublié, une fois l’objet-modèle abandonné, la toile est donnée à voir.  Alors cette surface peinte devient, à son tour, miroir, miroir du regardeur, accroche, reflet.

Le regard, dévoilé sur la toile, appelle, incorpore, attire le regardeur à l’intérieur même de l’image.
Contempler, c’est entrer dans l’enceinte des figures.

La toile se déploie, alors, dans l’épaisseur de l’espace, dans le volume, ouvre dans la frontalité.

 

« Le cadre est un une limite imposée au plan qui rend visible une petite partie du monde, et qui en exclut le reste. Il faut le concevoir de telle sorte que ce qu’il nous montre nous mette en contact avec ce qu’il nous cache.» Eugène Green Poétique du Cinéma

 

SUTURE

 

SUTURE

Détail

 

 

SUTURE

 

SUTURE

Détail

 

« [...] car regarder, c’est darder des regards ; le regard est émission. » Françoise Frontisi-Ducroux Dans l’Oeil du Miroir


SUTURE

 

SUTURE

Détail

 

 

SUTURE

 

SUTURE

Détail

 

 

SUTURE

 

SUTURE

Détail

 

 

SUTURE

 

SUTURE

Détail

 

 

SUTURE

 

SUTURE

Détail

 

 

SUTURE

 

SUTURE

Détail

 

Partager cet article
Repost0
7 septembre 2014 7 07 /09 /septembre /2014 11:31

 

 

SUTURE

 

SUTURE

Préparation

Fusain sur toile 180x80 cm

2014

 

 

SUTURE

 

SUTURE

Préparation

 

 

SUTURE

 

SUTURE

Préparation

Dessins

Pointe feutre sur papier

 

 

SUTURE

 

SUTURE

Préparation

Dessins

Pointe feutre sur papier

 

 

SUTURE

 

SUTURE

Préparation

Dessins

Pointe feutre sur papier

 

 

SUTURE

 

SUTURE

Préparation

Dessins

Pointe feutre sur papier

 

 

SUTURE

 

SUTURE

Préparation

Dessins

Pointe feutre sur papier

 

 

Partager cet article
Repost0
26 août 2014 2 26 /08 /août /2014 07:23

 

 

REPLI

 

REPLI

Huile sur toile 100x81 cm

2014

 

 

REPLI

 

REPLI

Détail

 

 

REPLI

 

REPLI

Détail

 

 

REPLI

 

REPLI

Détail

 

 

REPLI

 

REPLI

Détail

 

 

REPLI

 

REPLI

Détail

 

 

REPLI

 

REPLI

Détail

 

 

REPLI

 

REPLI

Détail

 

 

REPLI

 

REPLI

Détail

 

Partager cet article
Repost0
12 août 2014 2 12 /08 /août /2014 19:57

 

 

SANS TITRE : août 2014

 

 

SANS TITRE

Aquarelle sur papier

57x77 cm

2014

 

SANS TITRE : août 2014

 

Détail

 

 

SANS TITRE : août 2014

 

Détail

 

 

SANS TITRE : août 2014

 

Détail

 

 

SANS TITRE : août 2014

 

Détail

 

 

SANS TITRE : août 2014

 

Détail

 

 

SANS TITRE : août 2014

 

Détail

 

 

SANS TITRE : août 2014

 

Détail

 

 

SANS TITRE : août 2014

 

Détail

 

 

SANS TITRE : août 2014

 

Matière

 

 

SANS TITRE : août 2014

 

Matière

 

 

SANS TITRE : août 2014

 

Détail

 

 

SANS TITRE : août 2014

 

Détail

 

Partager cet article
Repost0
27 juillet 2014 7 27 /07 /juillet /2014 17:11

 

« Le dépli : ce n’est pas le contraire du pli, ni son effacement, mais la continuation ou l’extension de son acte, la condition de sa manifestation.» Gilles Deleuze, Le Pli.

 

REPLI : carnet

 

 

REPLI : carnet

 

Repli :
Point de vue sur une variation.
Enchâssées dans un carnet quarante et une figures se suivent, repliées sur elles-mêmes, à deux ou déployées : un flux.
Les figures, tout comme le carnet, se contractent, se déploient tour à tour : bras et jambes suivent, reprennent cette même dynamique.

 

 

REPLI : carnet

 

Album Japonais MOLESKINE ®, trente feuilles pliées en accordéon, 14x270 cm.
41 figures, graphite.

 

 

REPLI : carnet

 

 

Boîte, papier cristal protecteur, élastique de fermeture, couverture du carnet, tout concourt à la clôture et appelle, annonce un déploiement, un dévoilement.
Il faut alors « mettre la main à la pâte », s’engager et ouvrir. Le carnet utilisé dans son enveloppement, se démultiplie dans son développement de déplis.
Le dessin se trouve dedans.

 

 

REPLI : carnet

 

« Faisant de tout intervalle le lieu d’un nouveau plissement » : dans cet intervalle le dévoilement d’un nouveau dessin, d’une nouvelle figure, une rencontre de coin de rue.

 

REPLI : carnet

 

 

REPLI : carnet

 

 

REPLI : carnet

 

 

REPLI : carnet

 

 

REPLI : carnet

 

 

REPLI : carnet

 

 

REPLI : carnet

 

 

REPLI : carnet

 

 

REPLI : carnet

 

 

REPLI : carnet

 

 

REPLI : carnet

 

 

REPLI : carnet

 

 

REPLI : carnet

 

Dernier dessin : butée.

 

 

REPLI : carnet

 

Regarder, c’est ouvrir le pli afin que les figures présentes apparaissent.
Deux possibilités s’offrent pour regarder.
En regardant le carnet posé, déployé, développé les yeux coulent, glissent de figures en figures, sautant d’angles en angles et respectant la continuité du dessin, « mouvement qui va des uns aux autres ».

 

 

REPLI : carnet

 

Mais regarder en prenant le carnet dans ses mains, c’est, alors, dévoiler et voiler, tour à tour, les dessins. C’est en changer les intervalles, les plissements et ainsi créer de nouveaux alliages, accords, alliances, accouplements. Créer ses rencontres par l’action des mains.

 

 

REPLI : carnet

 

REPLI : carnet

 

REPLI : carnet

 

REPLI : carnet

 

REPLI : carnet

 

 

 

«Qu’est-ce que l’espace
Si ce n’est un intervalle
par où
glisse la pensée
en imaginant des images?
Ana Hatherly

 

 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Agnès Mariller
  • : "Blog d'atelier" La recherche, le travail dans leur élaboration.
  • Contact

Recherche