Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 juin 2009 6 13 /06 /juin /2009 19:56
































Partager cet article
Repost0
4 juin 2009 4 04 /06 /juin /2009 18:04





LA LIGNE DE FLOTTAISON
huile sur toile
97x195cm
2009




La flottaison, une ligne, une infime surface : là où ça tient un peu. L'inertie comme solution pour (se) main-tenir à flot.

Le fait d'utiliser plusieurs figures permet de jouer sur cet incertain -qui porte-qui soutient-qui est porté- qui est soutenu-.J'aime travailler sur cette indécision : toujours ce jeu de liens inextricables et indiscernables.


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Miniature ou échelle un, c'est jouer avec le regard, jouer avec le déplacement. Le grand impose, le réduit s'impose.

La miniature impose l'approche, l'attention. Au dessus de l'échelle un, la taille impose le retrait pour englober l'image, l'avancée pour capter le peindre, les strates de matière et couleur. Le spectateur est mené dans un jeu de déplacement, « une chorégraphie ». Mais lui seul décide d'entrer ou de refuser cette danse du regard.










Partager cet article
Repost0
4 juin 2009 4 04 /06 /juin /2009 17:30







Huile sur toile
24x16cm
2009

Les petites toiles comme un bafouillage, un bégaiement de l'image. Une petite liberté octroyée, qui s'extrait du réel,  de sa représentation.



Partager cet article
Repost0
31 mai 2009 7 31 /05 /mai /2009 16:31

































Partager cet article
Repost0
25 mai 2009 1 25 /05 /mai /2009 05:57




Par extension, après TROPHÉES, KÁRA, poursuivre cette atteinte faite au visage, cet « encapuchonnement » en travaillant le visage voilé.

 

 

 

 

 

 

 

Travailler sur la combinaison recouvrant la face, cette combinaison présente là pour couper l'humanité commune aux visages à travers l'échange du regard. Couper le lien.

 

« ..., donc le voile, comme si le sort de l'humanité allait encore dépendre aujourd'hui de qui détient le pouvoir sur les femmes quant au voile. Et je ne parle pas d'une interprétation abusive du Coran. Saint Paul n'y fut pas pour rien... » Jacques Derrida dans Voiles Hélène Cixous, Jacques Derrida.

 

«  la tête de tout homme, c'est messie ; /la tête de la femme, c'est l'homme.../ Toute femme qui prie ou transmet son inspiration la tête découverte/ déshonore sa tête, oui, comme si elle était rasée.../Car l'homme n'a pas été tiré de la femme, / mais la femme vient de l'homme. /L'homme n'a pas été créé pour la femme, / mais la femme pour l'homme. / Aussi la femme doit avoir sur la tête un pouvoir [un insigne du pouvoir, un signe d'autorité, potestatem, exousian], / à cause des messagers » L'Épître aux Corinthiens Saint Paul citée et commentée par Jacques Derrida.

Hélène Cixous, Jacques Derrida Voiles.

 

 

 


 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
15 mai 2009 5 15 /05 /mai /2009 17:38







MASCARADE

huile sur toile
195x130cm
2009


«  Un masque est un visage qui cachemontre, un masque moque. Un masque en dit longs, c'est-à-dire, trop long, pas assez long et rien du tout. Un tas d'êtres en entrelacement se tapit dans le masque. » Hélène Cixous Ciguë

 

 

 

 

 

Au sujet de la peinture et non plus de l'image.

 

 

 



Détails





Partager cet article
Repost0
12 mai 2009 2 12 /05 /mai /2009 17:13



Petite pièce



Huile sur toile

18x12cm
2009






Partager cet article
Repost0
8 mai 2009 5 08 /05 /mai /2009 06:44





















Partager cet article
Repost0
30 avril 2009 4 30 /04 /avril /2009 06:10


































Partager cet article
Repost0
23 avril 2009 4 23 /04 /avril /2009 11:50





« ...ces existences portées jusqu'à l'extrême public, ces patientes appropriations d'un coin de rue, d'un trottoir, et ces vies dissolues dans le mouvement et le passage. » Philippe Vasset Un livre blanc

 

 

 

 

 

RELÉGUÉE

 

huile sur toile

195x130cm

2009

 

 

 

RELÉGUÉE : fragment de réel qui fait irruption.

 

 

 

 

Utiliser la combinaison, le tissage de cette rencontre visuelle dans une galerie marchande, la lecture de Un livre blanc de Philippe Vasset, l'implication  sur ce terrain de l'installation de Barthélémy Toguo Climbing down et la lecture de Triste Pontiques d'Ovide (traduction de Marie Darrieussecq).

 

Toujours travailler sur ces frottements, avec ces frictions.

 

« ...va tout simple

sans ornements savants

comme il sied aux exilés

 

un habit de tous les jours

les déshérités ne portent pas de pourpre... » Ovide

 

L'espace de la toile reprend ces espaces blancs, ces espaces de relégation.

« ..les  blancs de la carte masquaient, c'était clair, non pas l'étrange, mais le honteux, l'inacceptable, l'à peine croyable..» Philippe Vasset

 

 Le corps est laissé sans ombre portée, comme sans matérialité. Le siège lui aussi disparaît, ne reste qu'à l'état de trace, d'ébauche. Corps et sac sont dans une lévitation de non appropriation, de non reconnaissance. Le corps est là  mais sa présence n'est pas prise en compte dans l'espace social, il est en marge.

 

« Le dénuement d'ordinaire relégué à la périphérie ou aux profondeurs de la ville affleurait à la surface et s'affichait en pleine lumière. » Philippe Vasset

 

 

 

PETITE RELÉGUÉE

huile sur toile

24x16cm

2009

Collection Particulière

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Agnès Mariller
  • : "Blog d'atelier" La recherche, le travail dans leur élaboration.
  • Contact

Recherche