Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 mai 2011 4 26 /05 /mai /2011 07:16

 

 

ROSALIE PRUDENT

 

 

 

 

 

 

 

 

 

ROSALIE PRUDENT

 

 

 

 

ROSALIE PRUDENT

 

 

Meuble-Malle 125cmx60cmx24cm

Carton, coton brodé, bandes adhésives, ballons de baudruche.

 

 

 

 

De la grâce et du funèbre.

Des sutures, des coutures.
L’espace humain étréci au contenant d’une malle-valise.
Se bricoler une vie.
Les objets patiemment accumulés : collecter l’histoire contée comme les pièces du procès.
Une sédimentation de mémoire.


ROSALIE PRUDENT
Se bricoler une vie, malgré tout. Faire avec. Patiemment créer un univers capable d'accueillir.
À travers la malle, la valise (espace réduit, mobile et essentiel), je compose le quotidien maternant de Rosalie patiemment élaboré, réalisé, organisé.
Rosalie Prudent organise et «pré-voit» un futur pour son enfant et elle. Elle s’attelle à la réalité, à la vie qui lui est échue, la prend en main, jusqu’à ce que l’impensé survienne, créant un gouffre. Quand la prudence et la résignation échouent devant la béance du réel.

J’aime sortir, extirper du possible d’un pauvre morceau de tissu usé jusqu’à la trame, d’un emballage de carton abandonné : stratégie de l’économie.

Tout son bien est dans son corps ; espace moulé à déplier, fermé sur lui-même dont elle organise le devenir.
À côté, je pose cet espace basique, un parallélépipède ancré sur le sol, fermement dans le réel, une enveloppe, un contenant organisé faisant écho à l’espace utérin, organique : les deux espaces sont à déplier. Une continuité.

 

 

Partager cet article
Repost0
22 avril 2011 5 22 /04 /avril /2011 06:05

 

 

 

 

« La fille Prudent (Rosalie), bonne chez les époux Varambot, de Mantes, devenue grosse à l’insu de ses maîtres, avait accouché, pendant la nuit, dans sa mansarde, puis tué et enterré son enfant dans le jardin. » Maupassant  Rosalie Prudent dans la Petite Roque.

 

ROSALIE PRUDENT

 

 

 

ROSALIE PRUDENT

 

ROSALIE PRUDENT

 

Quand la mutité, le mutisme d'une vie restreinte, la résignation éclatent, explosent dans le E muet, crié.

Rosalie Prudent crie son silence.

 

 

 

 

« Je l’ai pris comme le premier, et puis je l’ai mis sur le lit, côte à côte - deux. - Est-ce possible, dites? Deux enfants ! » Maupassant

 

 

ROSALIE PRUDENT

 

 

 

ROSALIE PRUDENT

 

Pages d’écriture brodée sur tissu blessé.

 

 

 

 

ROSALIE PRUDENTROSALIE PRUDENT

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
15 avril 2011 5 15 /04 /avril /2011 06:40

 

 

 Maupassant, Rosalie Prudent

Déplier l’histoire.

Tirer le fil, un prétexte comme un accroc.

 

ROSALIE PRUDENT

 

 

 

 

 

 

 

 

 

ROSALIE PRUDENT

Carnet reconstitué (7x11cm),

déniché dans l'espace arrêté d'un grenier.

Carnet où relater l'histoire de Rosalie.

 

 

ROSALIE PRUDENT

ROSALIE PRUDENT

 

 

 

  ROSALIE PRUDENT

 

 

ROSALIE PRUDENT

 

 

 

 

ROSALIE PRUDENT

 

 

ROSALIE PRUDENT

 

Lambeaux 

9x17cm

 

Les chiffres brodés sur les draps, symboles de lien : ce lien impossible de l’histoire de Rosalie Prudent.

 

 

ROSALIE PRUDENT


ROSALIE PRUDENT

 

Elle s’accroche à ses seules initiales.

Le blanc d’une invisibilité naïve. Innocence, candeur et force : faire face, assumer et prévoir avec prudence.

 

ROSALIE PRUDENT

ROSALIE PRUDENT

ROSALIE PRUDENT



 

Quand la prudence, la résignation échouent devant le réel, l’imprévu.

La broderie même en est retournée, perte totale de repère quand l'imprévu explose.

Partager cet article
Repost0
15 avril 2011 5 15 /04 /avril /2011 06:23

 

 

Continuant le trousseau de Rosalie Prudent de Maupassant.



ROSALIE PRUDENT

 

BONNET

Concocté à partir des savoirs des sociétés traditionnelles

 

 

Le bonnet calorifique, protecteur de la fontanelle sert aussi à éviter les agressions des puissances néfastes, à empêcher au souffle vital de s’échapper .

 

ROSALIE PRUDENT

 

 

ROSALIE PRUDENT

 

Les boutons postés comme des sentinelles.

 

Dans le désir de protéger l’enfant des esprits maléfiques, des amulettes, breloques sont fixées sur le bonnet, attirail bringuebalant. Leur cliquetis même doit éloigner les forces du mal.

 

ROSALIE PRUDENT

 

Talismans et amulettes : les jours de broderies utilisés aussi dans la brassière de R.P., un lien, un «ensemble», les épingles de nourrice ou de sûreté, rappel du nom PRUDENT.

 

 

Partager cet article
Repost0
8 avril 2011 5 08 /04 /avril /2011 06:43

 

 

Maupassant Rosalie Prudent dans le recueil La Petite Roque

 


ROSALIE PRUDENT
Fascinée par cette courte nouvelle depuis sa première lecture, j’ai décidé d’en tirer une installation.

 

Rosalie Prudent, la bien nommée, « grosse » du neveu de ces « maîtres »  prépare son «trousseau».


« Quand j’ai vu que j’étais grosse, j’ai prévenu Mme Boudin, la sage-femme, qu’est là pour le dire; j’y ai demandé la manière pour le cas que ça arriverait sans elle. Et puis j’ai fait mon trousseau, nuit à nuit, jusqu’à une heure du matin, chaque soir; et puis j’ai cherché une autre place, car je savais bien que je serais renvoyée; mais j’voulais rester jusqu’au bout dans la maison, économiser des sous, vu que j’ n’en ai guère, et qu’il m’en faudrait pour le p’tit...»


En composant quelques objets que Rosalie Prudent aurait pu elle-même faire pour son «trousseau» et en utilisant cette même économie de moyens. Faire avec du ténu, du petit : survivre.
Je commence donc par une brassière : économie , douceur et grossesse assumée.

 

ROSALIE PRUDENTLa brassière d'allaitement : acceptation de la grossesse dans l'évidence de l'enfant à venir et du travail au fil des jours.


Almus,a,um : adj. nourrissant, nourricier ; [d’où] bienfaisant, maternel, libéral, doux, bon. (Gaffiot)
Alma Mater

ROSALIE PRUDENT

 

ROSALIE PRUDENT

 



ROSALIE PRUDENT
Suspens du temps.

Composer avec les jours.


ROSALIE PRUDENT

 

Lentement à petites piqûres d’aiguilles, comme RP égrainant le temps, le temps de l’attente, de la patience, du soin appelé désormais le care. « nuit à nuit ».

 


Les mots, le tissu : tisser.


"THE SURVIVAL OF THE UNFIT" : comme Louise Bourgeois, je suis «fascinée par les stratégies déployées par les moins aptes pour assurer leur survie» et veux en rendre compte, utiliser cette ténuité, cette douceur de la prévoyance, de l’attente.

 

ROSALIE PRUDENT

 

Broder, coudre à partir de fils et tissus de «mémoire» glanés.
Utiliser un savoir-faire transmis.
Tissus et fils tissés de vécus.

 

ROSALIE PRUDENT

ROSALIE PRUDENT

ROSALIE PRUDENT

ROSALIE PRUDENT

ROSALIE PRUDENT

 

Partager cet article
Repost0
1 avril 2011 5 01 /04 /avril /2011 06:12

 

 

LÀ : parce que l’angoisse réduit à l’ici et maintenant, Hoc et Nunc, un pur présent.

 

 

LÀ

 

Huile sur toile 146x97cm

2011

 

 

: couper un morceau de réel et travailler à sa représentation, de la photo me vient ce besoin de morcellement.
Extraire une partie pour dire un tout, d’où la coupe dans les corps.
Simplement indiquer que ÇÀ continue au-delà, au-delà de la vue, du montré, sans être signifié.

Parcelle.

Toujours le corps contraint dans l'espace restreint de la toile.

Le collant, les chairs : hiatus dans la représentation, jeu aussi avec le peindre.
Jouer avec la scansion des jambes gainées.

 

LÀ : détail

 

Détail

 

LÀ : détail

 

Détail

 

LÀ : détail

 

Détail

 

LÀ : détail

 

Détail

 

Partager cet article
Repost0
24 mars 2011 4 24 /03 /mars /2011 17:16

 

 

LÀ : préparation

 

 

 

Le bric à braque des miroirs, superpositions de tabourets ou de la difficulté de capter son reflet!

 

 

 

LÀ : préparation

 

LÀ : préparation

 

 

 

 

 

 

 

LÀ : préparation

 

 

LÀ : préparation

 

LÀ : préparation

 

 

 

Partager cet article
Repost0
17 mars 2011 4 17 /03 /mars /2011 19:11

 

 

LÀ : préparation

 

 

LÀ : préparationLÀ : préparationLÀ : préparation

 

 

LÀ : préparation

 

 

LÀ : préparationLÀ : préparationLÀ : préparation

 

 

 

LÀ : préparation

 

 

 

 

LÀ : préparation

 

Encre sur carnet

 

 

LÀ : préparation

LÀ : préparation

 

 

 

Partager cet article
Repost0
4 mars 2011 5 04 /03 /mars /2011 09:28

 

 

 

 

 

LES DÉMONS

 

 

LES DÉMONS

pour C.

Huile sur toile 100x100cm

2011

 

 

L’humain, le faillible est retranscrit par une touche brouillée, floue sans sûreté tandis que la poupée, le masque, je les veux de cette froideur de touche, un lissé.
Par les différentes strates de couleurs affleurantes, dire la complexité de l’humain, comme celle du corps.

 

 

 

LES DÉMONS : détail

 

 

LES DÉMONS

pour C.

Détail

 

Des poupées comme des souffrances rigolardes, grinçantes de l’enfance.

 

 

 

LES DÉMONS : détail

 

LES DÉMONS

pour C.

Détail

 

Même si le masque oblitère, il «cache-montre» à travers l'ahurissement du regard souligné, livré.
Le masque souligne un regard, des yeux inflexibles qui ne cillent pas.
Des yeux forcément ouverts qui exhibent la profondeur du gouffre. Les yeux béent.

 

 

 

LES DÉMONS : détail

 

LES DÉMONS

pour C.

Détail

 

LES DÉMONS : détail

 

 

LES DÉMONS

pour C.

Détail

 

 

Partager cet article
Repost0
4 mars 2011 5 04 /03 /mars /2011 09:23

 

 

 

LES DÉMONS (petite)

 

 

LES DÉMONS (petite)

huile sur toile 22x27cm

2011

 

 

Allez au bout de la forme par le multiple.
Malaxer, pétrir, travailler : toujours recommencer dans ce léger écart du même dans la différence.

 

 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Agnès Mariller
  • : "Blog d'atelier" La recherche, le travail dans leur élaboration.
  • Contact

Recherche