Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
31 août 2015 1 31 /08 /août /2015 10:43
VIDES

VIDES 1

Huile sur toile

100x81 cm

2015

VIDES
VIDES
VIDES
VIDES
VIDES

VIDES 1

Détails

 

 

Vides sont les mains. Tout leur échappe.
Un corps de face, tronqué, impose sa nudité. Une nudité du vide.
Le corps et le visage sont là, sans prise, sans accroche comme les yeux clos l’indiquent.
Tout, le tout du regard face à ces toiles, glisse coule jusqu’aux mains. Mains dans une crispation douloureuse et impuissante.
Une crispation sans énergie, vide, vaine.
Le point ultime de VIDES 2 en est même un crâne.
Le crâne, un visage réduit à sa structure dont toute vie a fuit. Comme à travers les doigts écartés qui laissent fuir, échapper.
Des corps blancs d’énergie qui n’impriment aucune ombre portée, pas même cette présence-là.
Blancheur de l’impalpable.
Image d’un corps liquéfié, un «sac de peau», uniquement.
 

VIDES

VIDES 2

Huile sur toile

100x81 cm

2015

VIDES
VIDES
VIDES
VIDES
VIDES

VIDES 2

Détails

Partager cet article
Repost0
14 juillet 2015 2 14 /07 /juillet /2015 14:19
AMBASSADE

AMBASSADE

Huile sur toile

180x80 cm

2015

 

AMBASSADE

AMBASSADE

Détail

AMBASSADE

AMBASSADE

Détail

AMBASSADE
AMBASSADE
AMBASSADE
AMBASSADE

AMBASSADE

Détails

AMBASSADE
AMBASSADE
AMBASSADE
AMBASSADE

AMBASSADE

Détails

AMBASSADE
AMBASSADE
AMBASSADE
AMBASSADE
Partager cet article
Repost0
7 juin 2015 7 07 /06 /juin /2015 14:39
LES SPHINGES

LES SPHINGES

Huile sur toile

132x160 cm

2015

LES SPHINGES
LES SPHINGES

LES SPHINGES

Détails

LES SPHINGES

LES SPHINGES

Détails

LES SPHINGES
LES SPHINGES

LES SPHINGES

Détails

LES SPHINGES
LES SPHINGES
LES SPHINGES

LES SPHINGES

Détails

LES SPHINGES
LES SPHINGES

LES SPHINGES

Détails

LES SPHINGES

LES SPHINGES

Détails

Partager cet article
Repost0
10 mai 2015 7 10 /05 /mai /2015 18:20
VRILLÉE

VRILLÉE

Huile sur toile

114x146 cm

2015

(Collection particulière)

 

 

 

Une figure comme une fente sur la toile.
Toile scarifiée, éventrée par la présence du corps vrillé autour de la verticale.

Perchée, vrillée, déhanchée, les jambes telles des branches sur un treillage, les bras aussi.
La verticalité de ce corps imposée au regard en l’exact centre de la toile : verticale abrupte sur la toile blanche.
Et l'effroi du regard qui stigmatise la béance, la fêlure du corps.

Toujours et sans cesse, dans ma peinture apparaissent les corps abîmés de mon lignage : bras-moignons sans mains et pieds chaussés, déchaussés pour marquer dans leur différence.
Instabilité mal-être des chevilles.


Le fond, la toile dans sa blancheur est un néant, une absence.  Aucune ombre portée, le corps comme sans profondeur, sans existence, simplement imposé sur la toile, infligé.

VRILLÉE

VRILLÉE

détail

VRILLÉE
VRILLÉE
VRILLÉE

VRILLÉE

détails

VRILLÉE

VRILLÉE

détail

VRILLÉE

VRILLÉE

détail

VRILLÉE
VRILLÉE

VRILLÉE

détails

VRILLÉE
VRILLÉE
VRILLÉE

VRILLÉE

détails

Partager cet article
Repost0
12 avril 2015 7 12 /04 /avril /2015 18:00
OÙ ÇA DÉBORDE

OÙ ÇA DÉBORDE

Huile sur toile

22x27 cm

2015

(Collection particulière)

OÙ ÇA DÉBORDE
OÙ ÇA DÉBORDE
OÙ ÇA DÉBORDE
OÙ ÇA DÉBORDE
OÙ ÇA DÉBORDE

OÙ ÇA DÉBORDE

Détails

Partager cet article
Repost0
1 avril 2015 3 01 /04 /avril /2015 12:01
MAIN

 

MAIN 1

Huile sur toile

92x65 cm

2015

 

Toujours ces images enfouies qui marquent les fondements et restent, là, tapies et soudain, resurgissent. Matière à partir de, avec laquelle faire, avec laquelle poursuivre à ce moment-là.
Clotho de Camille Claudel : la force de la faiblesse du corps usé.
Reprendre cette nudité exposée, imposée du corps qui ne vaut que par la charge, le poids du temps imprimé sur la peau, les muscles, le squelette.
L’intensité de notre faible nudité immergée dans le temps.

 

Clotho

Camille Claudel


Par le titre, j’impose l’orientation du regard.
MAIN, faire détourner les yeux de ce qui occupe majoritairement la toile pour les faire buter sur l’extrémité des diagonales.

Tension des bras aboutissant ad finem dans les mains, sans échappatoire : le regard bute.
Le corps n’est qu’un prétexte à la main.

MAIN

MAIN 1

Détail

 

 

 

MAIN

MAIN 1

Détail

 

MAIN

MAIN 1

Détail

 

MAIN

MAIN 1

Détail

 

MAIN

MAIN 2

Huile sur toile

92x65 cm

2015

 

 

MAIN

MAIN 2

Détail

 

MAIN

MAIN 2

Détail

 

 

MAIN

MAIN 2

Détail

 

 

MAIN

MAIN 2

Détail

 

 

MAIN

MAIN 2

Détail

 

 

Partager cet article
Repost0
28 décembre 2014 7 28 /12 /décembre /2014 15:13

 

 

HORS DE SOI 1

 

HORS DE SOI 1

Huile sur toile

35x24 cm

2014

Collection particulière

 

 

HORS DE SOI 1

 

HORS DE SOI 1

Détail

 

 

HORS DE SOI 2

 

HORS DE SOI 2

Huile sur toile

35x24 cm

2014

  Collection particulière

 

HORS DE SOI 2

 

HORS DE SOI 2

Détail

 

 

HORS DE SOI 3

 

HORS DE SOI 3

Huile sur toile

35x24 cm

2014

  Collection particulière

 

HORS DE SOI 3

 

HORS DE SOI 3

Détail

 

Partager cet article
Repost0
14 décembre 2014 7 14 /12 /décembre /2014 14:53

 

L'EXTRÊME DESSUS 1

 

L'EXTRÊME DESSUS DE LA VIANDE VRAIE 1

Huile sur toile

100x81 cm

2014

 

La peau est bavarde, elle s'épanche, elle raconte une vie. Parce que fragile, elle est forte. Elle est un glacis, une superposition d’accidents, de temps.

 

 

"Le sac respirant du nu."
"L’extrême dessus de la viande vraie."

"Parmi ceux qui vont nus, à jamais vêtus de leur seule peau, serrant pêle-mêle dans leur maigre sac leur sérum, leurs saletés, leurs corpuscules, et leurs caillots : le ver et l’homme." Régine Detambel, Petit éloge de la peau.

 


"En-deçà et au-delà de chaque essence, il reste l’immanence d’un corps, son être-là sans réponses totalement exposé, sans protection." Frederico Ferrari, Jean-luc Nancy, NUS SOMMES

 

 

L'EXTRÊME DESSUS 1

 

L'EXTRÊME DESSUS DE LA VIANDE VRAIE 1

Détail

 

 

L'EXTRÊME DESSUS 1

 

L'EXTRÊME DESSUS DE LA VIANDE VRAIE 1

Détail

 

 

L'EXTRÊME DESSUS 1

 

L'EXTRÊME DESSUS DE LA VIANDE VRAIE 1

Détail

 

 

L'EXTRÊME DESSUS 2

 

L'EXTRÊME DESSUS DE LA VIANDE VRAIE 2

Huile sur toile

90x90 cm

2014

 

"De même qu’il y a dans le marbre des veines, je suis marbrée de plis. Multiple. Ma peau est labyrinthe. Je suis infinie. La rectitude, le poli n’existent plus. Toute surface est diversifiée par des plis. Ou des déplis. Le dépli ne me déplie pas, mais il me replisse, me plisse autrement, me fait changer de pli." Régine Detambel, Petit éloge de la peau.

 

 

L'EXTRÊME DESSUS 2

 

L'EXTRÊME DESSUS DE LA VIANDE VRAIE 2

Détail

 

 

L'EXTRÊME DESSUS 2

 

L'EXTRÊME DESSUS DE LA VIANDE VRAIE 2

Détail

 

 

L'EXTRÊME DESSUS 2

 

L'EXTRÊME DESSUS DE LA VIANDE VRAIE 2

Détail

 

 

L'EXTRÊME DESSUS 2

 

L'EXTRÊME DESSUS DE LA VIANDE VRAIE 2

Détail

 

 

L'EXTRÊME DESSUS 2

 

L'EXTRÊME DESSUS DE LA VIANDE VRAIE 2

Détail

 

 

L'EXTRÊME DESSUS 2

 

L'EXTRÊME DESSUS DE LA VIANDE VRAIE 2

Détail

 

Partager cet article
Repost0
21 septembre 2014 7 21 /09 /septembre /2014 14:46

 

 

SUTURE

 

SUTURE

Huile sur toile 180x80 cm

2014


« De sujet que nous sommes, nous nous envisageons comme objet, ou comme autre. Telle est l’expérience que nous permet le miroir.» Françoise Frontisi-Ducroux Dans l’Oeil du Miroir


« Voir, c’est être vu : dans le miroir, je vois en étant vu. Je me regarde regarder. Mon oeil est sujet et objet du regard. Je constate l’ambivalence de l’opsis, qui, comme notre «vue», est à la fois vision et spectacle.» Françoise Frontisi-Ducroux Dans l’Oeil du Miroir



À travers le miroir, par les aller-retours des yeux et dans le prolongement la main, le dessin est déposé sur la toile.

Une fois l’image déposée, le miroir oublié, une fois l’objet-modèle abandonné, la toile est donnée à voir.  Alors cette surface peinte devient, à son tour, miroir, miroir du regardeur, accroche, reflet.

Le regard, dévoilé sur la toile, appelle, incorpore, attire le regardeur à l’intérieur même de l’image.
Contempler, c’est entrer dans l’enceinte des figures.

La toile se déploie, alors, dans l’épaisseur de l’espace, dans le volume, ouvre dans la frontalité.

 

« Le cadre est un une limite imposée au plan qui rend visible une petite partie du monde, et qui en exclut le reste. Il faut le concevoir de telle sorte que ce qu’il nous montre nous mette en contact avec ce qu’il nous cache.» Eugène Green Poétique du Cinéma

 

SUTURE

 

SUTURE

Détail

 

 

SUTURE

 

SUTURE

Détail

 

« [...] car regarder, c’est darder des regards ; le regard est émission. » Françoise Frontisi-Ducroux Dans l’Oeil du Miroir


SUTURE

 

SUTURE

Détail

 

 

SUTURE

 

SUTURE

Détail

 

 

SUTURE

 

SUTURE

Détail

 

 

SUTURE

 

SUTURE

Détail

 

 

SUTURE

 

SUTURE

Détail

 

 

SUTURE

 

SUTURE

Détail

 

Partager cet article
Repost0
26 août 2014 2 26 /08 /août /2014 07:23

 

 

REPLI

 

REPLI

Huile sur toile 100x81 cm

2014

 

 

REPLI

 

REPLI

Détail

 

 

REPLI

 

REPLI

Détail

 

 

REPLI

 

REPLI

Détail

 

 

REPLI

 

REPLI

Détail

 

 

REPLI

 

REPLI

Détail

 

 

REPLI

 

REPLI

Détail

 

 

REPLI

 

REPLI

Détail

 

 

REPLI

 

REPLI

Détail

 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Agnès Mariller
  • : "Blog d'atelier" La recherche, le travail dans leur élaboration.
  • Contact

Recherche